dimanche 10 novembre 2013

Garage... Vous avez dit garage ?


Comment aborder un genre  inestimable (par sa grandeur) et quasi intouchable (passque presque musique "sacrée") le ROCK'N'ROLL GARAGE !!
Mazette, quand je dis "aborder" n'y voyez aucune agressivité, plutôt une forme d'hommage...
 
 Greg Shaw, fondateur du label BOMP !

Un genre qui a traversé toutes les époques, y compris les esgourdes de votre serviteur, à un âge que l'on qualifiera "d'assez jeune"... (ouais, à 18 balais, y'en a qui se foutait de ma gueukle lorsque je portais fièrement des chemises à pois, me faisant taxer de "gilbertBécauïsme"...) (No comments) !!!

  ... en plus, c'était la cravate uniquement, ignorants !

Bon c'est quoi le rock garage, un truc uniquement défendu par les punks ? Un truc vaguement rock'n'roll que les Kustom addicts écoutent en retapant leur bouzine au fond d'un garage empli de cambouis ?
Un courant musical mis à l'ordre du jour pour en faire une hype par Rock & Folk ?
Un groupe persuadé d'être le meilleur groupe du monde mais qui ne devrait surtout pas sortir du fond de sa cave ?


Essayons un "point de vue"...

Que dit Wikipédia ? (halleluia)
"La musique garage peut être considérée comme un style annonciateur du punk rock. Elle naît vers le milieu des années 1960 aux États-Unis et au Canada et s'exporte assez vite en Europe. À l'époque, ce style n'a pas de nom permettant de le distinguer du reste de la production pop et rock. Rétrospectivement, dans les années 1970, certains critiques musicaux lui apposent l'étiquette « rock garage » ou encore « punk sixties ».
La caractéristique principale du garage est la qualité souvent médiocre ou volontairement « sale » du son. Le nom de ce style vient justement de ce côté brut et peu retravaillé, qui évoque un enregistrement réalisé dans des conditions et avec un équipement minimalistes, comme fait dans un garage, bien que les garages aient alors été plutôt utilisés comme locaux de répétition que d'enregistrement. Cette volonté minimaliste affichée se retrouve dans la composition de certains groupes qui suppriment volontairement certains instruments présents dans les formations rock ou pop traditionnelles.
Dans l'absolu, on différencie plusieurs catégories de garage rock : Le Frat rock, (Garage très orienté 50's et empruntant beaucoup au style instrumental, typique de musiques de soirées étudiantes 60's), la Surf music (précurseur, instrumental, avec saxophone souvent), le Folk garage, (version douce avec guitares électro-acoustiques), le Beat (garage), empruntant beaucoup aux Beatles, avec un appui fort sur le travail mélodique et les voix, le (Garage) Punk, version la plus sale et au son fuzzé (de la pédale "Fuzz"). La période charnière (originale) est logiquement contenue dans les années 1964-1967, 1964 étant l'année où la plupart des groupes internationaux ont subi de plein fouet le Beat mélodieux de The Beatles, et le rythmn'blues sauvage de The Rolling Stones. L'année 1968 voyant une partie de ces groupes évoluer vers un Psychédélisme "déviant", voire le Hard rock.
Pour un historique plus complet, il sera nécessaire de chercher du côté des écrits de divers contributeurs de fanzines et compilations sorties chez les labels Rhino, ou Big Beat records: Alec Pahoa, Greg Prevost, Mike Stax, tous activistes de la scène garage des années 80".



 Bon d'accord... Comment y voir plus clair ?
Pour moi, alors jeune punk au début des 80's, c'était surtout une autre famille rock'n'roll musicale, comme le psychobilly par exemple, forcément des personnes avec qui je pouvais être pote même si j'avais quand même l'impression que ces mecs se la pétaient un peu quand même (nous on sait jouer, pas les putains de punks...) Nan, je plaisante. Passons, jamais été revanchards ni prêts à défendre quoi que ce soi coûte que coûte, rien à foutre !
Du moment qu'on peut boire un coup ensemble... (Nazi punks FUCK OFF !)

Les explications de Timothy Gassen, auteur de "The Knights of fuzz", vidéo dont est extrait tout ce qui va suivre... L'auteur de l'encyclopédie du garage.

 Programme alléchant, n'est ce pas !

Voilà un chouette jukebox vidéo...

video
"L'histoire" du garage depuis les 80's...

Après toutes ces explications débitées avec un accent à couper au couteau, vous pourrez allégrement savourer la suite, hummm ?
Les vidéos choisies pour argumenter le propos sont parfois kitch ou simplement mal réalisées... Les groupes sont plus ou moins restés dans l'anonymat, a part quelques uns. Mais l'ambiance est bien là.
Des groupes majoritairement américains...
Marrant de voir que l'auteur, n'hésite pas à inclure son propre groupe "Marshmallow overcoat" dans l'historique des groupes de garagistes notoires... ( NB : leur batteur ressemble un peu à celui des français VOLFONIS)
On est loin du garage punk hein, ici l'auteur a essayé de rester sur un plan musical plutôt orienté groupes des 80's influencés par les 60's (voire début 70's !)

video
The Fuzztones !!! (quand même !)

video
Yard Trauma...

video
The 10 commandments...





video
The Vipers... Qui me rappelle Thee Insomniacs, le groupe pop...

video
Les excellents Untamed Youth


video
Les Breastfeeders du Canada...

video
The Chesterfield Kings et leurs coupes de douilles millésimées...

video
The Miracle Workers !!!


video
 The Marshmallow Overcoat, fuzzy !

video
The Gruesomes (Canada) !!

video
Fortune and Maltese

(The Subsonics)


video
The Cheepskates de N.Y.C !

video
The Cynics !!! (yeah !!!)


video
Marshmallow Overcoat (bis)

video
Girl Trouble (extra !)


video
Jonny Chan and the new dynasty 6 (Fun, fun, fun !)


video
Plasticland, plutôt psyché (dommage que la vidéo ne soit pas d'époque)

video
Freddy and the four-gones conclusions...


video
On finit en beauté avec The Woggles (RIP Georges)



Le DVD contient également en bonus une version électronique des 300 pages du Fuzz book, encyclopédie à consulter via son navigateur recensant tous les groupes "à étiquette" garage du monde !!!
Rien que pour cela, le DVD vaut l'investissement, boulot énorme !
Le DVD contient également un paquet d'interview radio que j'ajouterais un de ces 4...

Quelques pochettes marquantes :






Merci Mister Gassen !

3 commentaires:

pascal arcade a dit…

... moi chuis d'accord avec la définition du son, en fait actuellement pour moi les meilleurs groupes hors sixties ont un son "garage punk" "garage rock'n'roll" et euh ... j vais pinailler jusqu' à la limite ... "punk garage" (v'saizisez la nuance?) : devil dogs/mummies/defectors/supercharger/splash four/magnetix/dirtbombs/demolition doll rods/metros/ liste trop longue ... mieux produit ça donne hives/naast/strypes/dirtbombs/detroit cobras/et autres liste trop longue ... après ... les termes ... mais dès les années 90 il y avait déjà de la "techno garage" alors je me méfie ouh que je me méfie ...
euh wah bap euh louba papa ouh mow mow

Professor BeeB HôPô a dit…

Tu devrais essayer the Vibravoïds. C'est des Allemands, très inspirés par Can (je vais me faire lyncher !) mais, et tu t'en apercevras très vite, pas seulement !

Chris Damned a dit…

Merci Pour l'exemple herr professor...
Pascal, ouais, méfions nous des étiquettes. Mais dans le même temps comment ne pas appeler un chat un chat ? Je ne voulais pas disserter sur le sujet de toutes façons, pour moi la cause est acquise !